Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 28 octobre 2008

Trouver l'âme soeur en 90 secondes !

main-couple-mariage-jeune-vieux.jpgFrancesca Salcido a rencontré 300 hommes en 24 heures, sans le moindre effort. Elle a fait la connaissance de potentiels soupirants sur SpeedDate.com, un site internet américain qui prétend qu'il ne faut pas plus de 90 secondes pour trouver l'âme soeur.

"On a beau utiliser les webcams et autres technologies de l'internet, on est toujours à la recherche de cette alchimie. Et si elle n'est pas là, on passe simplement à la personne suivante", explique le cofondateur de SpeedDate, Dan Abelon. Le site applique les dernières technologies de l'internet au "speed dating", un phénomène fulgurant destiné à trouver rapidement un partenaire amoureux, qui a démarré il y a une dizaine d'années avec des hommes et des femmes qui passaient de table en table, au rythme du gong, à la recherche du grand amour.

"Si les gens décident qu'ils n'aiment pas quelqu'un, cela prend habituellement 30 secondes", explique Stephen Stokols, directeur général de WooMe.com, un site rival de SpeedDate. "Si vous rencontrez quelqu'un que vous aimez, trois minutes sont suffisantes. Si vous ne l'aimez pas, 30 secondes c'est trop long", ajoute-t-il. Sur WooMe, comme sur SpeedDate, des minuteries automatiques interrompent les discussions en ligne sous l'oeil de la vidéo après 90 secondes à trois minutes. Ceux qui ont senti le début possible d'une romance n'auront qu'à se reconnecter plus tard pour raviver la flamme.
La formule diffère nettement de la plupart des sites de rencontres sur internet, qui exigent des utilisateurs qu'ils détaillent leur vie et leurs sources d'intérêt dans des profils complexes ou de longs questionnaires. Les aspirants à l'amour échangent alors des courriers électroniques avec les personnes correspondant à leurs profils, avant de décider ou non de les rencontrer. "Chez nous, c'est plus comme dans la vraie vie", explique le cofondateur de SpeedDate. "Si vous voyez quelqu'un qui vous plaît dans la vraie vie, vous ne l'abordez pas avec votre CV pour le comparer au sien. Vous parlez simplement".

Mais au lieu de s'asseoir dans un café, les couples en devenir se rencontrent en utilisant des webcams et des micros sur les sites de "speed dating". "C'était un peu dingue, j'ai voulu me mettre dans cette situation", a déclaré Francesca Salcido, candidate aux rencontres rapides sur internet. "Ma mère m'avait dit plus tu déposes ton CV, plus tu as de chance de décrocher un boulot. Je me suis dis que c'était la même chose avec les rencontres".

Quand le site SpeedDate a ouvert il y a un an, il a abrité mille rencontres la première nuit. Maintenant, entre 100.000 et 120.000 rencontres virtuelles s'y tiennent par jour, à travers près de 200 pays. WooMe rapporte de son côté 1.000 à 4.000 utilisateurs en ligne au même moment, quel que soit le moment de la journée. Pour son directeur général, les utilisateurs de SpeeDate cherchent à trouver le grand amour, tandis que ceux de WooMe, plus réalistes, sont en quête d'amis. "8 à 10% de nos utilisateurs sont allés sur les vrais sites de rencontres", explique M. Stokols.

"Chez nous, on rencontre plus de nouveaux amis, pas nécessairement de nouveaux amoureux". Dans cet esprit, WooMe a envoyé deux de ses internautes sur les routes américaines pour rencontrer en chair et en os un millier de leurs nouveaux amis rencontrés sur le site. Leurs aventures sont immortalisées en texte et en images sur WooAroundAmerica.com. "Les histoires de rencontres sont agréables à entendre, nous en avons plein", poursuit M. Stokols. "Ce qui m'intéresse ce sont les histoires uniques à notre plate-forme, qui est devenue pour les gens une nouvelle manière d'élargir leur réseau social". (afp)

23:15 Écrit par Arnaud, Le blog mariage dans Rencontre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rencontre, speeddating | | |  Facebook

lundi, 27 octobre 2008

Les femmes trompent virtuellement leur conjoint

femme_ordinateur_rencontre.jpg

54% des femmes belges ont déjà flirté virtuellement alors qu'elles étaient en couple, et 10% d'entre elles ont déjà franchi le pas et trompé leur conjoint avec une personne rencontrée virtuellement.

Ces chiffres sont issus d'une enquête sur l'infidélité virtuelle réalisée auprès de 1.903 femmes pour le magazine Flair, qui publiera les résultats le mercredi 29 octobre. Les femmes estiment pourtant à une large majorité (64%) que l'infidélité virtuelle est aussi grave que l'infidélité physique.

A l'oeil
Pourtant, 54% d'entre elles ont succombé, révèle l'enquête. Cette drague virtuelle leur rend confiance en elles (40%) et les excite (29%). Peut-être trouvent-elles là un moyen de vengeance moins dangereux que le flirt réel.

Car les femmes surveillent leur conjoint de manière régulière. Ainsi, une sur deux avoue consulter en cachette le GSM de son partenaire et une sur quatre consulte ses mails et l'historique des sites web consultés.

Plus audacieuses
Il est plus facile de tromper son conjoint virtuellement, estiment 90% des femmes, qui soulignent qu'Internet est une vaste plate-forme de rencontres. Une femme sur deux aime aussi se faire passer pour quelqu'un d'autre. Virtuellement, les femmes sont plus audacieuses (une sur deux) et plus libertines (11,5%). 10,5% d'entre elles se font passer pour plus jolies qu'elles ne le sont vraiment.

Jalouses, les femmes sont également secrètes. Ainsi, 50% n'informent pas leur partenaire des propositions coquines qu'elles reçoivent par chat, mail ou sms. Il est vrai que 39% d'entre elles répondent positivement aux avances de l'homme virtuel et que 10% passent à la rencontre physique.

18:01 Écrit par Arnaud, Le blog mariage dans Rencontre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mariage, rencontre, virtuel, femme | | |  Facebook

lundi, 07 août 2006

Trouver l'amour grâce à Google !

blog neopoleon, love with google, trouver amour avec google comme Rory BlythUn employé de Microsoft a déclaré sa flamme à Google : grâce au moteur de recherche, une jeune fille est tombée sur son blog et de fil en aiguille, est devenue sa petite amie.

Rory Blyth a fait une grande déclaration d'amour à Google. Il doit beaucoup au moteur de recherche. Dans un long billet publié sur son blog Neopoleon, il raconte comment le moteur de recherche lui a permis de trouver l'amour.

Grâce à ses liens, Rory a la chance de voir son blog Neopoleon apparaître en premier lorsque l'on cherche son prénom sur Google. C'est donc l'importance de son PageRank, qui a amené un jour une fille à cliquer sur son site alors qu'elle cherchait le mot "Rory". Elle a aimé le blog, y est revenue régulièrement, a commencé à y poster des commentaires, il lui a répondu, ils ont commencé à s'écrire des mails, à échanger par chat... jusqu'à ce qu'il décide de la rencontrer.

Aimer Google, même en travaillant chez Microsoft

Le billet sur lequel Rory raconte cette belle histoire est drôle et bien écrit. Il se vante avec espièglerie de son classement dans Google, il s'amuse des craintes de son entourage (et de celui de la jeune fille) qui apprennent qu'il va traverser les Etats-Unis pour rencontrer quelqu'un à qui il n'a jamais fait qu'écrire. Et se permet une conclusion toute simple, par une photo qui dissipe les craintes : non, il n'est pas un sadique armé d'une hache, non elle n'est pas un 'nerd' se faisant passer pour une jolie fille. Et oui, à partir d'une recherche Google, Rory a trouvé l'amour.

Sur son blogue, Rory Blyth écrit : "(Google) Je te dois une fière chandelle. Il y a six milliards de personnes dans le monde, approximativement 5 billions de pages web répertoriées dans ton moteur et tu t’es arrangé, contre toute attente, pour livrer à ma porte un être humain magnifique, intelligent et dynamique."

Son histoire a suscité des centaines de commentaires enthousiastes, surtout depuis que le blogueur influent Robert Scoble a publié un lien vers son billet. Robert Scoble l'a sans doute trouvé parce qu'il est un ancien employé de Microsoft, l'entreprise pour laquelle Rory travaille. Aujourd'hui, il travaille toujours pour la firme de Redmond, mais il a de bonnes raisons de déclarer sa flamme à son plus gros concurrent. Un concurrent qui est fier de cette histoire : dans les commentaires, Matt Cutt, employé de Google, remercie Rory pour "avoir accepté d'être le Rory numéro 1 dans notre classement".

Photo : Rory et sa nouvelle compagne, photo publiée sur Neopoleon.com
Source  : Canaoe et lci.fr

www.notremariage.net
 

15:50 Écrit par Arnaud, Le blog mariage dans Actualité mariage, Amour, Rencontre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : google, amour, mariage, rencontre, blog | | |  Facebook