Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 17 octobre 2006

Les enfants nés hors mariage sont plus souvent reconnus

medium_161068_4553mini.jpgC'est une révolution silencieuse qui a complètement bouleversé l'univers de la famille : en 2004, près de la moitié des enfants (46,4 %) sont nés de parents non mariés contre seulement... 8,5 % il y a trente ans, en 1974.

"Comme dans tous les pays d'Europe occidentale, la hausse des naissances hors mariage correspond à la dissociation entre la procréation et le mariage intervenue dans la seconde moitié du XIXe siècle", constatent Pascal Germé et Lucile Richet-Mastain, dans une étude de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) rendue publique, mardi 17 octobre.

En France, les naissances hors mariage sont devenues si nombreuses que le gouvernement a décidé en 2005 de supprimer, dans le code civil, toute référence à la distinction, héritée du code civil napoléonien, entre les enfants "légitimes" - ceux dont les parents sont mariés - et les enfants "naturels" - ceux dont les parents ne le sont pas. L'égalité de traitement entre les filiations était la règle depuis 1972, mais les termes anciens avaient survécu. "Naguère, la volonté de fonder une famille passait presque systématiquement par l'institution matrimoniale, résume le professeur de droit Pierre Murat, dans un numéro d'Informations sociales consacré à la filiation. Aujourd'hui, c'est la venue de l'enfant qui marque bien souvent la volonté de fondation."

En 2004, sur les 380 000 bébés nés hors mariage, près de 60 % ont été reconnus par leurs deux parents avant l'accouchement ou dans la semaine qui suit la naissance. "Ils sont donc dans une situation proche, sur le plan juridique, de celles des enfants nés d'un couple marié", souligne l'étude. Depuis le début des années 1980, cette pratique de la reconnaissance conjointe s'est très rapidement développée : seuls 8 % des parents y avaient recours en 1980 et 23 % en 1990. Si l'on considère l'âge et le milieu social de leurs parents, ces enfants sont d'ailleurs très proches de ceux qui naissent au sein d'un couple marié.

A leur naissance, près de 30 % des bébés nés hors mariage ne sont reconnus que par un seul de leurs parents, mais au fil des années, ces chiffres se réduisent. "Finalement, au bout de trois ans, la part des enfants sans filiation formellement établie passe de 16 % à 7 % et celle des enfants reconnus par un seul de leurs parents de 30 % à 20 %", souligne l'étude. Les enfants le moins souvent reconnus par leur père sont ceux dont la mère n'a pas d'activité professionnelle et est âgée de moins de vingt ans ou de plus de trente-cinq ans.

www.notremariage.net

23:30 Écrit par Arnaud, Le blog mariage dans Bébé et maman | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bébé, mariage, amour, parents, naissance | | |  Facebook

vendredi, 20 janvier 2006

Mariage et grossesse : des changements

medium_bebe-mariage.jpgLa France, médaille d’argent de la fécondité européenne. Avec un « indice de fécondité » de 1,94 enfant par femme, l’Hexagone trône au deuxième rang des pays européens les plus natalistes, derrière l’Irlande, championne toute catégorie avec 1,99 enfant par femme, mais nettement devant la moyenne communautaire de 1,50.

L’Insee a présenté hier les résultats de ses recensements 2004-2005, estimant la population française à 62,9 millions de personnes. L’institut a expliqué que, l’an passé, les naissances ont augmenté « au même rythme » qu’en 2004, avec 807 400 nouveau-nés. Soit presque autant que le niveau record de l’an 2000 : 808 200 naissances.

Optimisme Une natalité pas toujours simple à expliquer, mais qui semble contredire le pessimisme général qui régnerait dans le pays. « Faire des enfants peut laisser penser que l’on croit en l’avenir », a considéré hier Jean-Michel Charpin, directeur général de l’Insee. Pour le démographe Hervé Le Bras, c’est aussi la preuve que « la famille reste une valeur forte » pour nos concitoyens.

Pourtant, cette évolution positive ne résulte pas d’une hausse du nombre de Françaises en âge de procréer. Au contraire, le nombre des 20-40 ans, qui mettent au monde 96 % des enfants, continue de baisser (-0,4 % entre 2004 et 2005), selon l’Insee. Mais cette baisse est compensée par le fait que ces femmes ont en moyenne plus d’enfants qu’au cours des années précédentes.

Mères âgées En 2005, les Françaises procréent aussi de plus en plus tard. Confirmant une tendance globale des pays développés, l’âge moyen des mères en France continue sa progression : il est de 29,7 ans en 2005 contre 28,9 ans il y a dix ans. Un phénomène expliqué par l’allongement de la durée des études et une vie en couple plus tardive. En 2005, « 50 % des enfants naissent d’une mère âgée de 30 ans et plus, contre 43 % en 1995 », rappelle l’institut.

Hors mariage Enfin, autre symbole de l’évolution sociale, le nombre de naissances en dehors du mariage ne cesse de grimper. L’an dernier, 48,3 % des enfants sont nés de parents non mariés, contre 43,6 % en 2000 et 38,6 % en 1995. Et pour le premier enfant, cette proportion atteint 59 %.

www.notremariage.net - Liste de mariage, déco et objets

14:12 Écrit par Arnaud, Le blog mariage dans Actualité mariage, Bébé et maman | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Mariage | | |  Facebook

dimanche, 18 décembre 2005

Concevoir un bébé : ce qu'il faut savoir

medium_bebe_maman.jpgConcevoir un bébé : ce qu'il faut savoir
Etre enceinte oui mais quel moment ? Quand a lieu l'ovulation bien sûr … Ce phénomène qui passe malheureusement le plus souvent inaperçu conditionne la conception d'un enfant. Alors comment savoir à quel moment cela se produit ? 

En théorie, l'ovulation intervient au cours du 14e jour du cycle (le premier jour étant celui où apparaissent les règles). Mais en pratique, vous l'aurez sans doute constaté, le corps, lorsqu'il n'est plus sous pilule, n'est pas réglé comme une horloge et les cycles peuvent avoir une durée variable.
Une seule certitude : au premier jour de ses règles, on sait que l'on a ovulé 14 jours auparavant. En effet, la période qui suit l'ovulation, contrairement à celle qui la précède, a toujours la même durée.
Il convient de noter que la période dite féconde ne se limite pas au seul jour de l'ovulation mais peut être étendue aux 2 ou 3 jours qui la précèdent car les spermatozoïdes peuvent "attendre" l'ovule durant ce bref laps de temps.

Compter les jours
La méthode qu'utilisait nos grands-mères, celle qui consistait à compter les jours, revient donc à retrancher 14 jours à la durée théorique de son cycle. Elle était autrefois utilisée, à l'époque où la contraception n'existait pas, pour éviter d'avoir un enfant. Elle n'est d'ailleurs pas infaillible et a donné naissance à de nombreux bébés.
La méthode de la température, beaucoup plus fiable, permet de connaître précisément le jour de son ovulation et de savoir précocement si l'on est enceinte ou pas. La température doit être prise chaque matin au réveil et notée scrupuleusement sur une courbe du premier jour des règles jusqu'à la fin du cycle. Elle avoisine dans un premier temps les 36,5 degrés. Puis l'on constate une légère envolée, formant une cassure dans la courbe : c'est le jour de l'ovulation. La température se maintient alors autour de 37 degrés pendant 14 jours. Puis elle retombe au moment des règles, et un nouveau cycle commence. Si elle ne redescend pas à ce moment-là, c'est que vous êtes probablement enceinte. Il ne reste plus qu'à vous en assurer par un test en laboratoire prescrit par votre gynécologue ou votre médecin traitant.

Quelle que soit la méthode, quel que soit le désir que l'on a de ce futur bébé, il faut garder à l'esprit que la plupart des couples mettent rarement moins de 3 mois pour concevoir un enfant. Si votre baby se fait désirer, la dernière chose à faire est de paniquer : la "zen attitude" ferait, paraît-il, les plus beaux bébés du monde ! 

22:39 Écrit par Arnaud, Le blog mariage dans Bébé et maman | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Mariage | | |  Facebook