Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 17 septembre 2006

Un enfant sur deux naît hors mariage en France

En une trentaine d'années, le visage de la famille française a profondément changé. Le mariage, qui, dans l'après-guerre, inaugurait la constitution d'une famille, est devenu un simple choix de vie qui intervient de plus en plus tard : en 2004, l'âge moyen au moment des noces était de 31,6 ans pour les hommes et de 29,5 ans pour les femmes. Les naissances hors mariage, qui, dans les années 1960, suscitaient encore la réprobation sociale, sont désormais monnaie courante : en 2004, près de 50 % des enfants - et plus de 60 % des aînés - étaient issus d'un couple vivant en union libre, contre à peine 6 % en 1965.

Tirant les conséquences de ces bouleversements, le gouvernement a du reste supprimé, en 2005, la distinction entre les enfants "naturels" et "légitimes" héritée du code civil Napoléon de 1804.

Cette révolution silencieuse n'a en rien affecté le dynamisme démographique de la France. Bien que le nombre de femmes de 20 à 49 ans ne cesse de diminuer, le nombre de bébés, lui, progresse : en 2004, la France a enregistré plus de 800 000 naissances. Avec un indice de fécondité de 1,91 enfant par femme, l'Hexagone se situe au deuxième rang de l'Europe des Vingt-Cinq pour la natalité, juste derrière l'Irlande et loin devant les pays méditerranéens comme l'Espagne, l'Italie ou la Grèce. Ces derniers affichent une fécondité qui ne dépasse pas 1,35 enfant par femme.

Ce dynamisme de la démographie française ne doit cependant pas masquer un autre phénomène. La conjugaison, dans les années à venir, de l'allongement de l'espérance de vie et de l'arrivée à l'âge de la retraite des classes nombreuses du baby-boom devrait précipiter le vieillissement du pays : la part des personnes âgées de plus de 60 ans devrait augmenter de 80 % d'ici à 2050.

Source : Lemonde.fr

Réagissez à cet article sur le forum mariage

Le site mariage

L'annuaire mariage

17:09 Écrit par Arnaud, Le blog mariage dans Actualité mariage, Statistique mariage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amour, mariage, france, naissance, bébé | | |  Facebook

jeudi, 22 juin 2006

Le mariage ruine la libido des femmes

medium_libido_couple_mariage.jpgL’image du couple épanoui, amoureux, jouant les amants parfaits a du plomb dans l’aile.

Conduite sur 11 000 hommes et femmes âgés de 16 à 44 ans, une enquête britannique sur le comportement sexuel nous livre d’étonnants résultats :

- Une femme mariée sur dix déclare avoir perdu tout intérêt pour la bagatelle pendant au moins 6 moins durant l’année précédant l’enquête. Ces femmes mariées sont plus susceptibles de rapporter des difficultés sexuelles que les femmes célibataires ou les hommes mariés (qui ont moins de problèmes sexuels que les hommes célibataires). ;
- La libido des femmes chuterait dangereusement avec l’éducation des enfants, la gestion de leur carrière et les demandes répétées de leur partenaire. Les mères des enfants de moins de 5 ans sont plus nombreuses à être insatisfaites de leur vie sexuelle ;
- Les hommes qui boivent plus que la dose limite recommandée d’alcool ou qui ont eu une infection sexuellement transmissible dans les 5 années précédentes, ont plus de problèmes sexuels ;
- La qualité du premier rapport sexuel est importante pour les deux sexes et semble conditionner en partie la réussite de la vie sexuelle future. S’il est raté, il y a plus de risques d’éprouver des difficultés sexuelles futures.

Malgré leur fréquence, ces difficultés sexuelles sont encore endurées en silence. Alors que 54 % de femmes et 35 % des hommes évoquaient des problèmes, ils ne sont respectivement que 21 et 11 % à chercher de l’aide. La meilleure solution consiste à aborder le sujet au sein du couple, mais vous trouverez aussi beaucoup d'articles sur le sujet sur internet.

www.notremariage.net

22:14 Écrit par Arnaud, Le blog mariage dans Actualité mariage, Amour, Statistique mariage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amour, mariage | | |  Facebook

jeudi, 11 mai 2006

Le mariage décline partout en Europe

medium_mariage-diminue-partout-en-europe.jpgLe mariage cède du terrain partout en Europe devant les «nouveaux comportements conjugaux», plus souples, mais les modes de vie en couple restent contrastés sur le continent, révèle une étude de l’Institut national d’Etudes démographiques (Uned) publiée jeudi.

Des unions plus tardives, qui prennent «de plus en plus la forme de cohabitations», et se transforment «de moins en moins en mariage»: ce sont «les trois composantes du déclin de la nuptialité en Europe», constate cette étude comparative.

L’étude, qui porte sur une vingtaine de pays, montre aussi que les Européens se séparent davantage. «Ces nouveaux comportements conjugaux sont apparus dès la fin des années 1960 dans les pays scandinaves, notamment en Suède, puis se sont diffusés progressivement en Europe», indique l’auteur de l’étude, France Prioux.

Mais «en dépit de tendances communes, les modes de vie en couple et la durée des unions revêtent encore une grande diversité en Europe», poursuit-elle. Ainsi, dans les pays méditerranéens, l’entrée dans la vie en couple se fait en moyenne plus tardivement. Ces pays se distinguent aussi par une proportion croissante des jeunes qui vivent chez leurs parents, ce qui modifie les modalités de la mise en couple.

La cohabitation hors mariage y reste faible et les mariages directs (où un couple attend d’être marié pour cohabiter) sont majoritaires, alors que dans les pays du nord et du centre de l’Europe, ces derniers ne concernent «plus que 20 à 30% des premières unions avant 25 ans dans la génération 1965».

Et même si les unions sont partout de moins en moins durables, leur durée fait également l’objet de contrastes marqués entre le nord et le sud : en 2003, le «taux de divortialité» est supérieur à 50% en Suède, en Belgique et en Finlande, mais est inférieur à 20% en Pologne, en Grèce et en Italie.

Source : dhnet.be

www.notremariage.net

23:31 Écrit par Arnaud, Le blog mariage dans Actualité mariage, Statistique mariage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Mariage | | |  Facebook

vendredi, 28 avril 2006

Peut-on prévoir la durée d’un mariage ?

medium_couple-divorce-mariage-statistique-2005-2004-2006.jpgLes couples qui se disputent souvent ou qui au contraire sont trop distants auraient de grandes chances de divorcer. Les risques seraient maximum lors de deux périodes : avant la septième année et après la douzième.

Vous êtes amoureux ? Vous avez même décidé de vous marier ? Pourtant, vous connaissez certainement des couples pour qui l’union a été un échec. Comment savoir si votre mariage va fonctionner ?

Conflits et silences, causes de divorce

Une étude américaine, parue dans la revue American Journal of Marriage and the Family va peut-être vous aider. Cette étude a suivi 80 couples, mariés depuis 5 ans, sur une durée de quatorze ans. Au bout de quatre ans, 7 couples avaient divorcé. Après 10 années supplémentaires, 13 de plus n’étaient plus ensembles. Deux profils de couples à risque auraient ainsi été déterminés : les couples qui se disputent souvent et ceux qui au contraire ont des relations très froides. Bien sûr, dans les deux cas ce n’est pas réellement une surprise ! Les couples trop froids ou au contraire trop conflictuels ne semblent pas vraiment fait pour s’entendre !

Deux périodes à risque

Cette étude a également identifié deux périodes à risque. La première concerne les sept premières années de mariage durant laquelle les probabilités de divorce seraient élevées. La seconde période de fragilité se situerait aux alentours de 12 ans de mariage. Selon les psychologues, cela s’explique par l’autonomie de plus en plus grande des enfants, qui laisse aux parents du temps pour réfléchir à leur relation et faire le bilan de leur mariage.

L’une des surprises de l’étude est d’avoir trouvé un lien entre les deux profils à risque et les deux périodes de fragilité. Ainsi, les couples qui se disputent trop souvent seraient ceux qui divorcent dans les premières années de mariage et les couples trop distants seraient plus vulnérables après 12 ans de vie commune.

Presque la moitié des mariage se termine par un divorce

Espérons que la connaissance de ces périodes de fragilité pourra permettre à certains couples de sauver leur mariage. Selon l’Institut national des études démographiques (INED), environ 45 % des mariages se soldent par un divorce. En 2004, 130 000 divorces ont été prononcés. Le nombre d’unions devant le maire, lui, se stabilise légèrement, avec 272 000 mariages en 2004. Dans l’ensemble de l’Union Européenne, la proportion est de trois mariages pour un divorce, contre quinze pour un il y a quarante ans. 

> Voir les statistiques complètes mariage et divorce

Liens utiles :

http://www.notremariage.net

http://forum.notremariage.net 

 

08:40 Écrit par Arnaud, Le blog mariage dans Actualité mariage, Statistique mariage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Mariage | | |  Facebook

vendredi, 21 avril 2006

La fin de distinction entre "Madame" et "Mademoiselle"

medium_madame_mademoiselle_mariage.jpgCertaines femmes s'en amusent, d'autres s'en agacent : sur les formulaires administratifs, les demandes d'ouverture de comptes bancaires ou les inscriptions sur les sites Internet, la tradition veut que l'on demande aux femmes de cocher soit la case "madame" soit la case "mademoiselle". Les hommes, eux, peuvent passer sous silence leur statut marital : ils sont tous regroupés sous la bannière "monsieur".
 
Lassée par cette distinction, une chef d'entreprise - qui tient à conserver l'anonymat - vient de lancer une pétition. Celle-ci a réuni 700 signatures. "Sur la promesse de vente de mon appartement, le notaire m'a imposé de signer "mademoiselle" alors que tout le monde m'appelle "madame", raconte-t-elle. Pour un devis que je viens de demander, c'est pareil : l'entreprise m'a demandé si j'étais mariée et a indiqué "mademoiselle". Cela ne me gâche pas la vie, mais cela m'irrite. C'est avec ces points de détail que l'on décèle l'esprit d'un groupe social." Accueilli sur le site Internet des Chiennes de garde et sur lapetition.com, le texte réclame que les formulaires demandent désormais le sexe, sans plus de détails.

Cet usage est la survivance d'une époque où les femmes mariées étaient considérées comme des "incapables civiles" : jusqu'en 1938, elles ne pouvaient demander un passeport, passer un examen ou ouvrir un compte sans l'autorisation de leur mari. Jusqu'en 1965, leur époux pouvait s'opposer à ce qu'elles exercent une activité professionnelle. "Le code civil de 1804, dont certaines dispositions ont survécu à la seconde guerre mondiale, faisaient des femmes des mineures civiles, rappelle Françoise Gaspard, historienne et représentante de la France à la commission de la condition de la femme des Nations unies. A l'époque, il était donc utile, pour l'administration, de distinguer les femmes mariées des autres."

Aujourd'hui, les femmes ont obtenu l'égalité juridique - en droit civil, la dernière distinction entre les hommes et les femmes, l'âge légal du mariage, vient d'être abrogée - et le mariage n'est plus l'institution incontournable qu'il était jadis : en 2005, 48,3 % des enfants sont nés hors mariage. "Le choix de se marier ou non est devenu une simple question de conscience personnelle", résume la sociologue Irène Théry dans Couple, filiation et parenté aujourd'hui (éditions Odile Jacob).

Malgré ces transformations, la distinction entre "madame" et "mademoiselle" reste souvent la règle. Pour commander un billet sur le site de la SNCF ou une place de concert sur le site de la FNAC, les femmes doivent indiquer si elles sont mariées ou non. La plupart des carnets de chèque portent également la mention "madame" ou "mademoiselle" avant le prénom et le nom. "J'ai 58 ans, je suis divorcée, et la Sécurité sociale s'obstine à m'envoyer des courriers portant l'intitulé "mademoiselle", raconte Edith Vallée, psychologue et écrivain. A 95 ans, va-t-on encore m'appeler comme cela ?"


"APPELLATION RIDICULE"


Cette tradition ne repose sur aucune base légale : il n'existe pas de disposition législative ou réglementaire prévoyant de distinguer les femmes mariées des autres. "La différenciation résulte exclusivement de l'usage", résumait, en 2003, la ministre déléguée à la parité de l'époque, Nicole Ameline, en réponse à la question écrite d'un député. "Face au poids des traditions et aux difficultés récurrentes des femmes à faire respecter leur choix", ajoutait-elle, deux circulaires - l'une en 1967, l'autre en 1974 - ont tenté d'"inviter les administrations à faciliter, pour les femmes qui le souhaitent, l'usage du terme "madame"". "Plus largement, concluait-elle, il est recommandé d'éviter toutes les précisions ou appellations susceptibles de traduire l'état matrimonial des intéressées."

La pétition sur la suppression de la distinction entre "madame" et "mademoiselle" ravit Yvette Roudy, qui fut ministre des droits de la femme sous la présidence de François Mitterrand. "Cette appellation ridicule et grotesque relève d'un patriarcat sourcilleux !, estime-t-elle. Préciser "madame" ou "mademoiselle", c'est une façon d'indiquer qu'une femme est vierge ou pas."

La présidente de la délégation aux droits des femmes de l'Assemblée nationale, la députée (UMP) Marie-Jo Zimmermann, se dit, en revanche, perplexe. "On m'appelle madame depuis mon mariage et ça ne me perturbe pas plus que cela !, sourit-elle. Mais je vais adresser une question écrite à la ministre déléguée à la parité, Catherine Vautrin. Si cela pose un vrai problème à de nombreuses femmes, peut-être ferons-nous un geste."

Les Anglo-Saxons ont trouvé une solution : il y avait le Miss (mademoiselle) et le Mrs (madame), ils ont inventé le Ms (prononcer "Miz"), qui indique simplement qu'il s'agit d'une femme, qu'elle soit mariée ou non. "Dans les documents officiels de l'ONU, je suis toujours présentée comme "Ms Gaspard"", remarque Françoise Gaspard. A la rubrique "title" (civilité), le site Eurostar offre ainsi aux femmes qui veulent commander un billet de train le choix entre Miss, Mrs et... Ms.

Source : "le monde"

11:33 Écrit par Arnaud, Le blog mariage dans Actualité mariage, Conseils mariage, Statistique mariage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Mariage | | |  Facebook

vendredi, 17 février 2006

Le mariage, encore actuel ?

medium_robe-mariee-fran-sarabia-espagne.jpgMariages stables, PACS en hausse

Ce qui ne veut pas dire pour autant que le passage devant le maire n’a plus la cote. Alors que le nombre de mariages baissait depuis le pic de l’an 2000, cette tendance ne s’est pas poursuivie l’an passé. En 2005, 278 000 mariages ont été célébrés, autant qu’en 2004. Enfin, l’âge moyen lors du premier mariage continue à augmenter (30,9 ans pour les hommes et 30,6 ans pour les femmes en 2004).

De son côté, le Pacs confirme son succès et poursuit sa progression ininterrompue depuis sa création. Ainsi, 40 100 Pacs ont été signés en 2004, soit 27 % de plus qu’en 2003. La croissance se poursuit en 2005 puisque au cours des trois premiers trimestres, 40 000 Pacs ont déjà été enregistrés, soit autant que pour toute l’année 2004. Rançon de son succès, les ex-pacsés augmentent également. On a ainsi compté 7 000 dissolutions de PACS en 2004. Selon l’Insee, c’est au total le cas de 12 % des PACS conclus depuis 1999.

Statistiques

Évolution du nombre de mariages en France (France métropolitaine)

Année
Nombre de
mariages
Proportions de mariages
de célibataires* (en %)
Âge moyen au mariage
des célibataires
Nombre de
divorces prononcés

  Femmes Hommes Femmes Hommes
1990 287 099 84,1 83,2 25,6 27,6 105 813
1991 280 175 84,0 83,3 25,8 27,8 108 086
1992 271 427 84,0 83,0 26,1 28,1 107 994
1993 255 190 83,6 82,6 26,4 28,4 110 759
1994 253 746 83,5 82,2 26,7 28,7 115 658
1995 254 651 82,9 81,9 26,9 28,9 119 189
1996 280 072 82,4 81,3 27,4 29,4 117 382
1997 283 984 82,6 81,3 27,6 29,6 116 158
1998 271 361 82,8 81,7 27,7 29,8 116 515
1999 286 191 83,0 82,0 27,8 29,9 116 813
2000 297 922 82,4 81,5 28,0 30,2 114 005
2001 288 255 83,3 82,4 28,1 30,2 112 631
2002 279 087 82,7 81,8 28,3 30,4 115 861
2003 275 963 82,4 81,4 28,5 30,6 125 175
2004 271 598 81,7 80,6 28,8 30,8 nd
2005 271 600 nd nd nd nd nd


Evolution du nombres de mariages en Belgique
1990: 64 658
1995: 51 402
2000: 45 123
2001: 42 110
2002: 40 434
2003: 41 777
2004: 43 326
Statistiques plus complètes sur le nombre des mariages et divorces en Belgique 

Évolution du nombre de mariages au Canada
2000: 157 395 dont 24 911 au Québec
2001: 146 618 dont 21 961 au Québec
2002: 146 738 dont 21 986 au Québec
2003: 145 048 dont 21 145 au Québec
2004: 146 377 dont 21 291 au Québec

Selon L'Institut national d'études démographiques (INED), en France
1970: 12 divorces pour 100 mariages 
2005: 42 divorces pour 100 mariages
En France, près de la moitié des enfants naissent hors mariage, ce qui en fait l'un des pays européens où le déclin du modèle traditionnel est le plus fort.
En Allemagne, au Portugal, en Belgique, en Espagne, plus de 75 % des enfants naissent encore au sein d'un couple marié. En Italie ou en Grèce, c'est le cas de plus de 90 % des enfants.

Selon l’Institut de la Statistique au Québec
1970: 14 divorces pour 100 mariages
1990: 49,6 divorces pour 100 mariages
2000: 51,4 divorces pour 100 mariages
2003: 53,5 divorces pour 100 mariages

Depuis 2005, le mariage liant deux personnes du même sexe obtient une reconnaissance légale dans quelques pays du monde: les Pays-Bas, la Belgique, le Canada, l'Espagne, et l'État Américain du Massachusetts.

Une étude révélée dans un article du journal français Le Figaro a mis en lumière certaines données surprenantes: les préparatifs reliés au mariage, allant du faire-part aux nombreux hors-d’œuvre en passant par la fameuse robe de mariée, ont engendré en 2004 un chiffre d’affaires de quelques trois milliards d’euros; et les frais entourant la réception nuptiale ont été estimés à 11 000 euros pour 70 invités, un nombre qui en fait réagir plus d’un. Le mariage n’est-il dorénavant que futilités et superficialité? Parfois oui, à voir les nombreuses téléréalités sur le sujet qui renvoient l’image d’une cérémonie plutôt exubérante.

 

Votre témoignage :


- Vous êtes mariée et vivez depuis de nombreuses années avec votre mari, avez-vous quelques conseils? Ou peut-être êtes-vous en train de préparer votre future union, pourquoi y tenez-vous tant?

Réagissez sur notre forum mariage

Le site mariage

10:40 Écrit par Arnaud, Le blog mariage dans Statistique mariage | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : Mariage | | |  Facebook