Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 10 janvier 2007

L'infidélité virtuelle augmente

medium_infidele-homme-pc-couple-infidelite-virtuel.jpgL’infidélité via Internet commence à devenir à la mode. Les petits amis et petites amies virtuelles rentrent dans les maisons de beaucoup d’hommes et de femmes déjà mariés. Flirter via l’ordinateur est devenu courant. Ce sont surtout les hommes qui y trouvent une certaine fantaisie sexuelle. Dans la plupart des cas, le jeu reste à un niveau purement fictionnel et les amoureux du net ne se rencontrent pas. Mais malgré tout, beaucoup de mariages se brisent à cause d’Internet.

Sites
Internet est une source d’information qui peut servir à beaucoup de choses. Que ce soit pour des services bancaires, l’achat des courses, les forums de discussion ou… l’infidélité. Dans les adeptes du net, certains hommes aiment pousser leur limites et jouent avec le feu. Rien n’est plus facile que de rencontrer des gens sur Internet, les sites de rencontres sont nombreux. (Meetic.fr, Match.com...) De même, il existe un programme Microsoft qui permet d’effacer toutes traces sur l’ordinateur, histoire de ne pas être pris la main dans le sac. On ne pourra dès lors plus retrouver d’indices du 'délit'.

Livres
En faisant un tour d’horizons auprès d’amies et autres connaissances, vous vous rendrez compte que les tromperies virtuelles se passent plus souvent qu’on ne le pense. Les livres se penchant sur les amourettes et les coucheries engendrées grâce au net sont d’ailleurs de plus en plus nombreux.

Pour celles qui souhaiteraient pister les aventures de leur compagnon, un livre néerlandophone de Martine Poorten (Virtueel vreemdgaan, Contact, 2005) se penche notamment sur les méthodes d’investigation pour dévoiler au grand jour les secrets des menteurs: comment identifier les symptômes de la tromperie virtuelle, comment craquer un mot de passe, comment fouiller un disque dur ou une boîte mail à la recherche de preuves, tout y est.

Aussi drôle, et cette fois en français, un ouvrage de Christelle Masson (Journal de mes rencontres sur internet, Theles, 2006) retrace à l’inverse les événements croustillants couchés sur son blog personnel au cours de son grand défi: trouver l’homme de sa vie sur internet. Un témoignage renversant sur les rencontres internet au féminin, teinté d’humour et de tendresse.

Panoplie parfaite du jaloux maladif

Suivre son ami(e) à la trace grâce au gsm
L'opérateur de téléphonie mobile Helio a développé un téléphone mobile, en collaboration avec Samsung et le moteur de recherche Google, qui a la particularité de localiser l'utilisateur avec un plan de route et des fichiers d'alertes. Dsiponible aux Etats-unis pour l'instant. Un système similaire existe en Belgique et en France comme OOtay. Une atteinte à la vie privée ?  Non ces système ont été mis en place d'abord pour les parents qui veulent suivre leurs enfants mais peuvent être aussi utlisé pour autre chose mais toujours avec l'accord de la personne.

Suspicieux(se) quant aux conversations on-line de votre conjoint ? Vous pourriez avoir envie de recourir à des détectives privés d'un nouveau genre : des logiciels de cyber-espionnage. Ainsi, la presse française et internationale s'est largement fait l'écho d'un nouveau logiciel baptisé Lover Spy vendu en ligne, qui se propose d'installer un espion sur l'ordinateur de la personne soupçonnée en envoyant une simple carte de voeux. Selon cette technique dite du "Cheval de Troie", le mouchard s'installe à l'insu du destinataire, qui ne voit dans cette missive qu'une délicate attention…

Mais ce logiciel n'est pas le seul à surfer sur ce nouveau marché. De nombreuses compagnies ont flairé le filon. Homme d'affaires californien, John LaSage a vu sa femme le quitter, lui et ses deux filles, pour rejoindre un Néo-Zélandais rencontré sur le net. Surmontant sa tristesse, l'instinct du businessman a permis au mari trompé de créer le site chatcheaters.com.

Comme infidelitycheck.org ce site ne propose pas que du réconfort pour ces cocus d'un nouveau genre. Désirant agir en amont, ils vendent en ligne des logiciels d'espionnage dont les promesses de surveillance sont toutes plus extraordinaires les unes que les autres. Globalement, ces espions informatiques passent au crible les sites de conversation, les courriels, les mots-clés, effectuent des copies d'écran… et même pour certains, offrent la possibilité d'activer secrètement la webcam de la personne soupçonnée ! Plus ponctuel qu'un détective privé, le logiciel se propose même de fournir un rapport détaillé des activités du suspect selon un délai choisi.

Arnaud, www.notremariage.net

Réagir sur le Forum

14:55 Écrit par Arnaud, Le blog mariage dans Couple | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : mariage, divorce, amour, insolite | | |  Facebook

lundi, 08 janvier 2007

Le viagra pour femme, une réalité

Sexe, le viagra pour femme existeLes femmes dont la libido n'a pas la forme ne devront bientôt plus envier les hommes et leur fameuse pillule bleue, le viagra, qui leur permet de lutter contre ce type de problèmes. C'est en tout cas ce qu'annonce le Sunday Times.

Un nouveau médicament, qui est actuellement testé, devrait en effet travailler directement sur la partie du cerveau qui commande notre plaisir au lit. Son nom? La flibanserin.

Dépressions
Comme pour le viagra, il semble que la découverte de la variante féminine s'est faite par hasard. L'entreprise pharmaceutique allemande Boehringer, qui a développé ce remède miracle lucratif, était en réalité en train de tester une nouvelle pillulle contre la dépression. Lors des essais, il est apparu que celle-ci avait un effet secondaire bien agréable: elle augmentait la libido.

Stimulation
Les chercheurs ne savent pas encore très bien comment cela se produit. "Nous savons seulement que 2 femmes sur 10 qui ont pris part à nos tests ont vu leur désir sexuel augmenter", explique le Dr. Charles De Wet, chercheur chez Boehringer.

"Nous savions déjà que les problèmes sexuels chez les femmes n'était pas seulement en rapport avec la circulation sanguine, mais aussi avec la stimulation cérébrale. Et nous avons découvert que la flibanserin amène le désir à un niveau normal. Et cela sans buter sur un seul effet secondaire."

Il ne faudra cependant pas attendre ce produit miraculeux avant 2009 puisque la FDA (Food & Drug Administration) américaine ne donne son feu vert, et ce sur bases de tests supplémentaires. Cette administration décide des médicaments qui pourront être mis sur le marché américain. (CA)

22:35 Écrit par Arnaud, Le blog mariage dans Couple | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amour, mariage, sexe | | |  Facebook

vendredi, 08 décembre 2006

Les hommes veulent des relations sexuelles dès le premier soir

medium_couple-amour-debut-mariage.jpgLors d'un premier rendez-vous, la plupart des hommes veulent terminer la soirée avec une partie de jambes en l'air. Les femmes, elles, regardent si leurs partenaires paient ou pas la facture à la fin de la soirée. C'est ce que montre une étude sur les sorties de 400 célibataires au Canada.

L'enquête démontre que 44% des hommes espèrent "marquer" dès le premier soir, alors que 66% des femmes estiment que c'est à l'homme de payer le restaurant. Cependant, 23% des femmes veulent passer sous les draps lors du premier rendez-vous.

Les baisers sont approuvés par les deux sexes, bien que 6% des femmes et 2% des hommes se disent contre le fameux bisou d'au revoir. En somme, il semblerait que les femmes trouvent le sens de l'humour beaucoup plus important que l'intelligence, l'apparence ou le milieu social. Les hommes sont en revanche plus attachés à l'intelligence, suivi du charme.

07:20 Écrit par Arnaud, Le blog mariage dans Couple | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amour, relation, mariage, baiser | | |  Facebook

jeudi, 25 mai 2006

Le mariage, c'est la santé !

medium_naissance-ou-en-est-votre-couple-depuis-bebe-mariage-bon-sante.jpgOn peut se marier pour différentes raisons : sentiments, statut social... et santé ! Car le fait de vivre une union harmonieuse aurait des effets bénéfiques sur la tension artérielle ou le taux de cholestérol, du moins chez les femmes.

Etre en couple permettrait même de garder la ligne ! Une raison de plus pour se faire passer la bague au doigt ?
La robe blanche éloigne les blouses blanches ? C'est ce que sous-entend une étude américaine.

Les liens du mariage

Les chercheurs américains ont étudié 493 femmes sur une période de plus de 13 ans. Ils ont comparé deux groupes : celles qui étaient mariées ou en concubinage et celles qui étaient célibataires, veuves ou divorcées. Ils les ont d'une part soumises à des analyses diverses (taux de cholestérol, tension…) et d'autre part, leur ont posé des questions sur leur vie familiale et leur degré de satisfaction de manière générale. Puis ils ont cherché les associations entre l'état civil et différents facteurs de risques cardiovasculaires.

L'union fait la force… du coeur

Et les résultats semblent sans appel : les femmes mariées et heureuses en ménage ont moins de risques cardiaques que celles qui ont une vie de couple moins épanouie ou vivent seules. Elles ont notamment une pression artérielle moins élevée, des taux plus bas de cholestérol…. Plus surprenant : elles ont également un indice de masse corporelle plus bas ! Ce qui signifie qu'elles sont globalement moins sujettes au surpoids ou a l'obésité.

Mieux dans leur tête !

Mais les bénéfices pour le coeur se sont pas tout. Ces dames semblent également moins sujettes aux troubles psychologiques. Ainsi, elles sont moins victimes de dépression ou d'anxiété. Le mariage a même le don d'adoucir les moeurs : les femmes vivant en couple sont de manière générale moins sensibles à la colère ou au stress. Les auteurs soulignent que la différence est particulièrement frappante entre les mariages heureux ou non. Celles qui ne s'entendent pas avec leur conjoint avaient significativement plus de problèmes psy. Selon les scientifiques, les femmes seraient d'ailleurs plus sensibles à l'harmonie au sein du couple. Une mésentente se répercuterait aussitôt sur leur humeur.

La présence d'un homme…

Comment s'expliquent ces bénéfices indéniables ? Plusieurs hypothèses sont évoquées par les auteurs de l'étude. Selon eux, l'isolement social est un facteur de risque d'apparition de problèmes psychologiques, de même qu'un mariage dans lequel règne la discorde. De même, les scientifiques pensent que la vie à deux oblige à une certaine hygiène de vie (repas plus réguliers, plus équilibrés…) que n'ont pas forcément les célibataires. Et il faut considérer le simple aspect matériel : un couple a généralement un pouvoir d'achat plus élevé qu'une personne seule. Il peut donc mieux subvenir à ses besoins.
Il faut souligner que ce n'est pas la première étude du genre. Les précédentes ont d'ailleurs mis en avant les bénéfices également pour les hommes de la vie à deux. Les deux sexes semblent ainsi faits pour vivre ensemble… Gageons que cette étude devrait aider le mariage à retrouver ses lettres de noblesse !

Source : Health Psychology, octobre 2003 ; vol. 22, n° 5

www.notremariage.net

11:10 Écrit par Arnaud, Le blog mariage dans Actualité mariage, Conseils mariage, Couple | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Mariage | | |  Facebook

samedi, 29 avril 2006

Le mariage c’est bon pour les enfants

medium_le_mariage_c_est_bon_pour_les_enfants.jpgUn psychologue canadien vient de lancer un pavé dans la mare en matière d’éducation. Selon lui, les parents qui ne sont pas officiellement mariés s’occupent moins bien de leurs enfants que ceux qui se sont passés la bague au doigt. Pour en arriver à cette conclusion, le chercheur a utilisé un procédé assez peu académique. En effet, il a observé à leur insu 862 personnes avec enfant dans un supermarché. Il a regardé s’ils portaient une alliance et a mesuré l’attention qu’ils portaient à leur enfant selon deux critères : le nombre de fois où ceux-ci le laissaient s’éloigner de plus de dix pas et le nombre de fois où le bambin était hors de vue du parent. Et il a montré que l’absence d’alliance augmentait significativement le manque d’attention envers les enfants.

Pour expliquer ce phénomène, le psychologue propose même une théorie pour le moins critiquable. Selon lui, l’absence d’intérêt pour le mariage est le signe d’un manque d’implication émotionnelle en général, et notamment dans la famille. Ce qui se traduirait par des négligences envers les enfants. Il faut noter que le scientifique n’en est pas à son coup d’essai : l’année dernière, il avait déjà "prouvé" que les parents s’occupaient moins de leurs enfants si les bambins n’étaient pas beaux ! On attend l’étude sur les enfants laids chez les couples non mariés, certainement abandonnés dans les supermarchés...

Dans tous les cas, si vous êtes un couple en union libre, inutile d’investir dans le mariage pour le bonheur de vos enfants. Pensez juste à les surveiller en faisant vos courses !

Source : 17e conférence annuelle de Démographie de l’Université d’Alberta, avril 2006 et communiqué de l’Université d’Alberta (Canada)

10:50 Écrit par Arnaud, Le blog mariage dans Actualité mariage, Couple | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : Mariage | | |  Facebook

lundi, 27 mars 2006

Mariée, je recherche toujours l'amour. Pourquoi ?

Pourquoi est-ce que je recherche l'amour d'un autre homme alors que je suis comblée par mon mari ? Je remarque que depuis mon mariage (12 ans déjà), à deux reprises et sans le chercher, j'ai rencontré un homme. La première histoire a duré deux ans en pointillés et en parallèle avec ma vie de couple. La seconde est actuelle et spéciale, deux ans aussi, mais virtuelle, avec une vraie rencontre. Je dois le revoir bientôt. Et la question que je me pose est : qu'est-ce que je recherche vraiment ? Je sais que je suis la seule à pouvoir y répondre, mais peut-être que vous pourriez m'aider ? (Valérie, 36 ans)

Réponse d'expert :

Isabelle Taubes répond :

Votre lettre renvoie à un problème universel : la complexité du désir humain, liée à la contradiction entre ce que l’on croit vouloir et ce que l’on veut réellement. Tout cela parce que nous avons un inconscient, et que ce lieu psychique nous pousse à agir d’une manière qui laisse perplexe notre moi conscient. Pourquoi rechercher l’amour d’un autre homme alors que je suis comblée par mon mari, demandez-vous ? Aucun être, aucun objet, n’est en mesure de nous combler durablement. Le fait que vous soyez heureuse avec votre mari ne signifie pas que votre désir inconscient soit réellement comblé. « Vivre c’est désirer, cesser de désirer, c’est mourir » affirmait déjà au XIII° siècle, le philosophe catalan Raymond Lulle. La théorie freudienne confirme ses propos. Ressentir du manque - en fait du désir - en soi est un signe de bonne santé psychique.

D’après ce que vous dites, votre couple n’est pas en danger. Mais il est logique qu’au bout de quelque temps, une relation amoureuse, même très satisfaisante, ne soit plus à même de nous nourrir entièrement. Certains se contentent de cette situation, d’autres sans savoir pourquoi dépriment légèrement, d’autres encore possèdent en eux un élan vital qui les incite à rechercher ailleurs ce qu’ils n’ont pas. De plus, un nouvel amour a toujours des vertus renarcissisantes : il rehausse notre image de nous-mêmes et ce faisant, nous redynamise.

Que recherchez-vous vraiment ? Comme vous l’écrivez, vous seule pouvez le savoir. Nous pouvons néanmoins explorer quelques pistes. A vous lire, vous ne paraissez pas souhaiter remettre totalement votre quotidien en question, tout chambouler dans votre vie. Recherchez-vous réellement l’amour d’un autre homme ? Votre relation parallèle est peut-être surtout le signe que vous souhaitez davantage d’excitation psychique, de rêve. Peut-être avez-vous besoin d’elle pour réparer une estime de vous-même un peu défaillante dernièrement ou pour vous prouver que votre pouvoir de séduction est intact. Peut-être aussi vous procure-t-elle des satisfactions complètement différentes que celles que votre couple vous apporte.

Chaque relation nous met en contact avec des aspirations, des fantasmes spécifiques, qu’une autre ne nous permettrait pas de vivre. Chacune est une rencontre avec des parties de nous ignorées. Nos relations avec nos partenaires sont des occasions de mieux se connaître soi-même. Mais peut-être est-il temps pour vous de réfléchir à la manière de renouveler, de relancer, votre vie conjugale. Un couple, c’est un peu comme une plante, il faut s’en occuper chaque jour. Autrement, il dépérit. Pourquoi ne pas essayer d’expérimenter de nouveaux plaisirs à deux : des activités, des sorties, des conversations intimes, etc..... Plutôt que de rester face à vous-même, en vous demandant ce que vous recherchez vraiment, pourquoi ne pas faire travailler votre imagination, pour réinventer votre quotidien avec votre conjoint ?

Isabelle Taubes est psychothérapeute et psychanalyste.

Source : psychologie.com

10:07 Écrit par Arnaud, Le blog mariage dans Amour, Couple | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Mariage | | |  Facebook

mercredi, 26 octobre 2005

La famille homoparentale en débat

La 3e Conférence internationale sur l'homoparentalité se tient à Paris en présence de juristes, sociologues et psys

En France demeure très en retard, en Europe, en matière de mariages homos et d'adoptions d'enfants par des couples homosexuels.

La Conférence organisée mardi et mercredi par l'Association des parents gais et lesbiens vise à faire avancer le débat hexagonal. Les quelque 100.000 familles homoparentales (selon l'APGL) ne disposent d'aucun statut légal.

Mardi à Paris, Franck Tanguy, porte-parole de l'APGL, a souhaité "que les législations prennent enfin en compte" l'existence des milliers d'enfants d'homosexuels, lors de conférence organisée à l'espace reuilly (12e).

Dans le reste de l'Europe, le mariage civil homo est autorisé en Belgique, en Espagne et aux Pays-Bas. La France ne concède aux couples homos qu'un contrat appelé Pacte civil de solidarité (Pacs).

L'adoption par des couples du même sexe est autorisée au Royaume-Uni (depuis 2002), en Espagne (depuis l'été 2005), aux Pays-Bas (depuis 2001) et en Suède (depuis 2002).

En outre, au Danemark, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Belgique, en Angleterre et au Pays de Galles, on peut adopter l'enfant de son partenaire homosexuel.

En Norvège et en Finlande, on peut exercer en commun l'autorité parentale.

Enfin, plusieurs pays autorisent la procréation médicalement assistée pour des couples homos, dont la Belgique et l'Espagne. Résultat, les couples de femmes françaises y affluent pour accéder aux techniques d'aide médicale à la procréation qu'on leur refuse en France. Les "cliniques de fertilité" s'en trouvent submergées par leurs demandes.

En France, depuis les lois de bioéthique de 1994, l'aide médicale à la procréation est réservée aux couples mariés ou concubins depuis plus de deux ans, "l'homme et la femme formant le couple".

Une seule exception française
En juin 2001, un tribunal a permis à Carla d'adopter les trois enfants de sa compagne Marie-Laure, âgés de 5, 7 et 10 ans. Un jugement devenu définitif à l'été 2004, et resté unique à ce jour.
 
 > Réagir à cet article sur la famille homoparentale sur notre forum

(source : France 2)

07:35 Écrit par Arnaud, Le blog mariage dans Actualité mariage, Couple | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Mariage | | |  Facebook

dimanche, 02 octobre 2005

12 RÈGLES D'OR POUR UN COUPLE EN BONNE SANTÉ !

      RÉSERVEZ au moins une soirée par semaine à votre conjoint afin d'avoir le temps d'entreprendre des activités et de vous détendre ensemble.
      NE PASSEZ PAS une journée sans avoir échangé vos pensées et prié ensemble. Prévoyez au moins vingt minutes à un moment quelconque de la journée pour vous dire tout ce que vous avez sur le cœur.
      PRENEZ LA RÉSOLUTION de clôturer chaque journée en étant en règle et de ne jamais laisser le soleil se coucher sur votre dépit ou votre colère (Ephésiens 4:17)
      SI VOUS NE PARVENEZ PAS à résoudre un problème conjugal en l'espace d'une semaine  ou du moins à en parler  à fond avec franchise, allez trouver un couple en qui vous avez confiance, mettez le conflit sur la table à quatre  et faites en un sujet de prière.
      LE CONJOINT est encore plus important que les enfants; les familles excessivement centrées sur les enfants  font plus de mal que de bien à un adolescent. Une des plus grande valeur  que vous pouvez transmettre à vos enfants est un mariage harmonieux porté sur l'estime mutuelle.
      NE LAISSEZ PAS S'ÉTEINDRE le feu de l'amour romantique. Soyez attentif aux pensées et aux actes que vous avez envers votre conjoint, car ils déterminent la mesure de romantisme au sein de votre couple.
      INVESTISSEZ ASSEZ DE TEMPS, d'énergie, d'imagination et de capacité d'identification dans l'aspect sexuel de votre relation, en effet, la disponibilité, le romantisme et l'estime mutuelle sont des conditions indispensables à une sexualité pleinement satisfaisante.
      EN RAISON DE L'AVALANCHE des stimulations sexuelles néfastes, il faut que vous cherchiez toujours à avoir une attitude saine et pure en matière de sexualité ainsi qu'une solide connaissance de la différence entre l'homme et la femme  sur la base de la Parole de Dieu.
      CONSERVEZ toujours à l'égard de votre conjoint une attitude de respect et de profonde estime, tout comme c'était le cas  à l'époque où vous appreniez à vous connaître.
      EXERCEZ-VOUS  à ne pas franchir les limites du respect. Et si cela vous arrive ne vous jugez pas indigne de remettre les choses en règle et de présentez vos excuses
       NE CONSIDÉREZ JAMAIS la fidélité et le dévouement de votre conjoint comme allant de soi, mais essayez de gagner chaque jour votre trésor.

 

> Réagissez sur notre forum "Vie de couple"

20:15 Écrit par Arnaud, Le blog mariage dans Couple | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Mariage | | |  Facebook

samedi, 03 septembre 2005

Histoires d'amour

LES RECONTRES AMOUREUSE

Il en va de certaines rencontres amoureuses comme d'une grossesse : à peine déclarée, on pressent que l'aventure sera irrémédiable, avant de constater qu'elle ne modifie finalement pas grand-chose. D'autres résonnent comme un coup de foudre, bouleversant tout sur leur passage. D'autres encore s'affirment en catimini : on se croit ensemble pour le seul plaisir, dans une relation vécue au jour le jour, et l'on se découvre unis par des liens que l'on n'avait pas vu se tisser... Mais, une fois passée l'euphorie première, viendra la remise en question. Faut-il vraiment aller plus loin ? Envisager de faire des projets ? De cohabiter, de fonder ­ ou refonder ­ une famille ? Aujourd'hui, l'engagement amoureux ne va pas de soi.

Longtemps, tout fut plus simple. On se rencontrait, on se plaisait, ou encore la rencontre avait-elle été arrangée, et l'histoire écrite d'avance. Dans tous les cas, le mariage ne tardait pas. Couplé à vie... On connaît la suite. La libération sexuelle, la multiplication des divorces et des unions libres, la montée du célibat. En France, aujourd'hui, un adulte sur trois vit seul, ou du moins sans conjoint. Soit quatorze millions de personnes de tous âges, célibataires, veufs, divorcés ou parents isolés, qui continuent pourtant de rêver au grand amour.

Paradoxe ? En apparence seulement. Le prince charmant, la princesse de notre enfance ne sont pas près de disparaître de notre imaginaire. Mais le conte de fées a pris un coup de vieux. Tendance à l'individualisation, revendication des femmes à l'autonomie et à l'égalité, sexualité plus libre, dédramatisation des relations extraconjugales et des séparations : dès leur naissance, les amours contemporaines composent avec le principe de réalité. Et l'on a beau rêver de vieillir ensemble, le couple à venir ne se conçoit plus sans susciter le doute et l'appréhension.

M'aime-t-elle vraiment ? Ne va-t-il pas empiéter sur ma liberté ? Partagerons-nous les mêmes convictions, les mêmes amis ? Autant la phase de la rencontre ­ celle où l'on "tombe en amour" ­ échappe à notre volonté et à notre jugement, autant la seconde ­ celle où se négocie l'envie de "sauter le pas" ­ fait appel à des mécanismes conscients et réfléchis. Et le passage de l'une à l'autre est loin d'être automatique.

"LIBRES ENSEMBLE"
Si l'on se sent comblé par l'être aimé, l'illusion ne dure qu'un temps. Mais elle fournit une accroche à partir de laquelle, par la simple répétition des rencontres, se tisse un fil de vie commune. Si la relation perdure, les partenaires seront alors "comme deux marcheurs qui construisent le sol à mesure qu'ils avancent" . Ils prendront une semaine de vacances, feront éventuellement de petits bouts d'essai de vie commune. Expérimentant pas à pas, selon l'expression du sociologue François de Singly, leur meilleure façon d'être "libres ensemble" .

Progressivement, les tourtereaux construiront leur avenir. Mais le déroulé des amours modernes est rarement si linéaire. A moins de vivre son premier amour, chacun s'y aventure chargé de son histoire, de ses rêves et de ses échecs. Certains sont déjà impliqués dans une autre relation, déclinante peut-être mais néanmoins lourde de poids affectif : pour s'engager, il faut alors se dégager du passé. D'autres pourraient être plus intéressés à maintenir une attirance mutuelle qu'à bâtir des projets concrets et réels, ils répugnent à voir mourir les délices de la phase d'"énamoration" , et portent de partenaire en partenaire leur besoin de légèreté.

D'autres enfin, libres et sans attaches, n'ont pas renoncé à leurs rêves de couple idéal. Mais à force de désillusions, ils sont devenus méfiants. "Oser aimer l'autre, se livrer à lui, c'est aussi avoir peur de le perdre et de se retrouver seul" , rappelle Didier Lauru. Une peur de ne pas parvenir à établir un lien durable que partagent désormais, affirme le psychanalyste, des adolescents. Convaincus que l'amour qui dure est une exception (à Paris, moins d'un enfant sur deux vit sous le même toit que son père et sa mère), ils gardent souvent un souvenir douloureux de la séparation parentale, et ont de l'engagement et du couple "une vision de plus en plus floue" .

Pas étonnant, dans ce contexte, que le célibat soit en constante augmentation ! Ni qu'un nombre croissant d'adultes y aient pris goût. Si l'on mesure le poids de la solitude, on découvre aussi les joies de l'indépendance, la quiétude d'une vie affranchie des contraintes et des conflits du quotidien conjugal. Après une séparation, les candidats à un nouveau couple y réfléchissent à deux fois avant de remettre dans la balance la liberté et la paix de l'âme si chèrement acquises. Et les femmes bien plus que les hommes, qui ont appris à vivre sans mari, sans amant, sans père pour leurs enfants. Chercher sa moitié est une chose ; devenir ­ ou redevenir ­ deux lorsque l'on sait que l'on peut se suffire à soi-même en est une autre.

Si la proportion d'adultes vivant en couple diminue régulièrement, depuis une vingtaine d'années, l'engagement amoureux n'a pas pour autant perdu de sa force. Constituant l'élément moteur de notre vie privée, celui qui fait et défait les couples, il est devenu un choix de vie majeur, le socle de notre organisation familiale.

DÉBUTS COMPLIQUÉS
Comment dépasser les peurs, oser aimer à nouveau sans retomber dans les mêmes pièges, les mêmes déceptions ? De plus en plus, la solution passe par l'invention de nouvelles variations conjugales. Celle du "couple non cohabitant" par exemple, catégorie qui, selon les enquêtes de l'Institut national des études démographiques (INED), commence à devenir statistiquement repérable. Ce "célibat partagé" , où chacun garde son domicile et où l'on s'invite l'un chez l'autre, est un luxe que beaucoup ne peuvent pas s'offrir. Mais c'est aussi, souligne Serge Chaumier, sociologue à l'université de Bourgogne, "la marque d'une volonté de s'organiser pour ne pas être dépendant ou disparaître dans l'autre" .

Passer des soirées, des fins de semaine ou des vacances sans l'autre, préserver son jardin secret tout en cultivant les plaisirs d'être ensemble. Au couple fusionnel tourné vers la fermeture sur soi succède ainsi le couple "centripète" ouvert sur l'extérieur, estime cet enseignant-chercheur, qui défend l'émergence de ce nouveau modèle conjugal. De ces relations plus souples, moins dévoreuses de soi que le modèle traditionnel, chacun peut sans doute tirer avantage. Mais la multitude des perspectives ouvertes complique les débuts et l'évolution des rencontres sentimentales, dont la réussite exige plus que jamais une vigilance et une attention soutenues envers son partenaire. Le prix à payer pour que l'état amoureux devienne amour véritable, pour le meilleur et pour le pire.

(Source : Le monde)

> Partagez vos idées et vos histoires d'amour avec les autres membres de notre forum couple

11:45 Écrit par Arnaud, Le blog mariage dans Couple | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Mariage | | |  Facebook

jeudi, 01 septembre 2005

Cinq styles de couples

couple, les styles de couples- Plutôt traditionnel encore que toujours vivace, le style Bastion est caractérisé par une nette différenciation des rôles, pas forcément associée à une hiérarchisation, par une fusion affective très forte, par une volonté de cultiver l’entre-soi plutôt que les contacts avec l’extérieur, réservés de toute façon au seul homme, la femme étant plus volontiers centrée sur la maison. Ce qui prime, c’est la volonté de sécurité et de solidarité.


- Le style Cocon se distingue du style Bastion par une fermeture encore plus nette : la cellule familiale est une bulle intimiste et casanière, portée sur la fusion entre les membres du couple, amplifiée par une très faible différenciation des rôles. L’accent porte ici sur la tendresse, le confort, la quiétude.


- En progression comme le style Cocon depuis trente ans, le style Associatif est marqué par la recherche d’authenticité, l’accent mis sur l’autonomie du “ Je ”, la promotion du dialogue interne, de la négociation. Maître mot : la souplesse, afin de pouvoir constamment redistribuer les cartes.


- Le style Parallèles, lui, privilégie la sécurité, la prévisibilité des comportements. Le tout c’est de se protéger de l’extérieur. À l’intérieur, chacun mène sa vie comme il l’entend, lui dans son garage, elle dans sa cuisine. Si l’on caricature, on pourrait parler d’union de survie.


- Le style Compagnonnage cherche à équilibrer le désir de fusion et l’ouverture. Chaque membre du couple a la volonté de faire destin commun en cultivant des intérêts, des activités conjoints. L’extérieur y est vu non comme une menace mais comme une ressource permettant d’alimenter le dialogue conjugal.

> Partager vos idées sur le couple sur notre forum "Vie de couple"

09:45 Écrit par Arnaud, Le blog mariage dans Couple | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Mariage | | |  Facebook