Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Ophélie Winter se marie vendredi avec Mickaël | Page d'accueil | Mariage en hausse en Belgique ! »

lundi, 02 mars 2009

Défilés de mode Milan Automne Hiver 2009 - 2010

MILAN — Qu'elle joue les minimalistes ou prenne des accents bioniques, l'allure "couture" et ses silhouettes ajustées au millimètre a dominé les défilés milanais vendredi, avec d'impeccables collections Giorgio Armani, Gianfranco Ferré et Jil Sander.

Noir, gris, bleu. Couleurs de l'austérité? Plutôt signature de l'allure parfaite selon Giorgio Armani qui retravaille avec succès ses valeurs sûres, l'élégance en toutes circonstances et la nonchalance méditerranéenne, au troisième jour des collections de prêt-à-porter femme pour l'hiver prochain.

Petite vidéo du défilé Autome Hiver 2009 - 2010 Emporio Armani à Milan

 

Peaux et pelages ont peuplé les défilés milanais samedi, avec des mannequins paradant en astrakan, renard et léopard, sans oublier le pied-de-coq, un bestiaire adouci par une belle palette de rose, rouge et violet, au quatrième jour des collections pour l'hiver prochain.

Leggings de rigueur chez Gucci, et de préférence en cuir noir bien moulant pour braquer les projecteurs sur les jambes, évidemment interminables et perchées sur des talons aiguilles.

Des empiècements de daim ou de vernis zèbrent parfois les cuisses qui, faute de caleçon seconde peau - aussi décliné en lycra -, se glisseront dans des cuissardes très sensuelles qui frôlent le fétichisme. Tout comme ce petit (et court) imperméable vernis noir.

Cet érotisme naissant est calmé par des tuniques en crêpe de chine à pois et aux manches kimono - fuschia, violet, bleu électrique.

La styliste maison Frida Giannini se plaît aussi à jouer avec les fourrures, comme ce renard qu'elle peint de bleu pour accompagner une combinaison-jogging, ou cet astrakan noir poudré d'argent. Ces deux pelages n'hésitent pas non plus à se mélanger, tandis que les peaux se recouvrent d'un givre irisé.

Une vidéo du défilé KRIZIA

Pied-de-poule ou pied-de-coq? Moschino ne tranche pas et s'amuse avec les deux motifs noir et blanc qu'il décline dans des redingotes très gonflées sur les hanches, des pantalons jambes larges et taille haute, et même des collants pour des jambes graphiques.

Beaucoup de noir aussi, mais réveillé par le rouge vermillon d'un imperméable, d'une impression fleurie, d'un gros noeud de velours. Ongles coordonnés évidemment, à moins d'opter pour des gants bicolores, couleur chair sur l'endroit et noirs au creux du bras.

De son côté, Bottega Veneta ne jure que par la robe, enfilée sur des jambes nues pour accentuer la sensualité (s'il en était besoin) des coupes et des matières.

Une robe bustier est découpée dans du cuir chocolat, une autre en peau marron glacé se fend dans le dos, un troisième modèle est cousu dans de la soie floquée.

Les lignes sont épurées, les bords francs, les coutures réduites à leur minimum. Douces et poudrées, les couleurs sont parfois relevées par des tons de mûre ou de lilas.

Encore plus sophistiquées, les robes du soir s'allongent et se plissent, empruntant autant aux modèles Empire qu'aux drapés grecs pour une démarche toute en volutes.

Et pour un port de reine, Tomas Maier a pensé à soutenir les seins avec des pinces judicieusement placées ou des baleines cousues dans le tissu.

Beaucoup plus warholien, sur un décor de vignettes acidulées représentant le visage de sa styliste Anna Molinari, la maison Blumarine fait défiler des femmes en total look léopard ou bien panthère, du tailleur-pantalon largement ouvert sur la poitrine aux boots à talon.

Pour un effet plus "girly", Blumarine suggère aussi le monochrome turquoise, rose bonbon ou jaune poussin. Ou le mélange explosif de ces mêmes couleurs dans des imprimés pop art portés avec de lourds bijoux style breloque.

Autre style, mais toujours aussi sculptural, la collection Jil Sander fait dans la pureté virginale avec des lignes futuristes, manteaux sans col, vestes sans boutons, qui osent même la forme clepsydre pour une allure inattendue.

Extrait du Défilé JIL SANDER -  Milan Automne Hiver 2009 2010

Très sobre côté palette - des dégradés de noirs, gris, blancs et beige - la collection s'éclaire subitement dans la deuxième partie du défilé avec des jeux dynamiques de contrastes.

Le col d'un manteau gris s'ouvre en énorme corolle jaune, la ligne noire d'une épaule s'envole pour offrir sa doublure blanche, le col d'un manteau offre un écrin rouge à la nuque. Dans le dos d'une robe blanche, le styliste Raf Simons fait éclore un doux aileron de tissu noir.

De son côté, D&G, ligne bis des couturiers Domenico Dolce et Stefano Gabbana, s'amuse avec de belles marquises modernes, en bustier à baleines mordoré ou aux robes de longues volutes de tissu. Les bustiers richement ornés se portent avec un jean's à taille haute.

Les jupes, découpées dans du tissu capitonné, raccourcissent et se font boule, retenues à la taille par une ceinture en passementerie. Le tout réchauffé par de luxueuses fourrures d'astrakan gris ou noir.

Dimanche, au cinquième jour des défilés, c'est nottamentt  Prada, Marni, Etro, Roberto Cavalli et Salvatore Ferragamo qui ont présenté leurs collections.

Source  AFP et ELLE.fr

06:17 Écrit par Arnaud, Le blog mariage dans Défilé de mode | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : mode, défilé de mode, vidéo, milan, armani, jil sander, krizia | | |  Facebook

Commentaires

C'est tres chique! J'aime beaucoup le noir et je trouve ces vetements dans le vent!

Écrit par : Alexandra | mardi, 03 mars 2009

C'est tres chique! J'aime le noir et ces vetements sont dans le vent!

Écrit par : Alexandra | mardi, 03 mars 2009

Quelle couleurs, quel contrast.... ce sont tres belles ces robes!

Écrit par : Nunti | jeudi, 05 mars 2009

Les commentaires sont fermés.