« Quelques coutumes mariages | Page d'accueil | Mariage moins cher en Belgique »

mardi, 04 octobre 2005

Pourquoi porte t-on l'alliance à l'annulaire gauche ?

medium_alliance-de-mariage-tradition-alliances.jpgDeux explications ont été données pour expliquer le fait de porter l’alliance du mariage, ou la bague de fiançailles, à l’annulaire de la main gauche, appelé "troisième doigt" (à partir de l’index).

Au temps des grecs, au IIIème siècle avant J.C., les médecins pensaient qu’une veine reliait directement l’annulaire au cœur : la veina amoris, d’où l ‘idée de passer un anneau pour la protéger.

Une autre explication (ou plutôt deux interprétations d’une même explication), sans doute plus réaliste, provient directement de l’église. En effet, le prêtre avait pour coutume de prononcer "au nom du père" au niveau de l’index, "du fils" au majeur et "du saint-esprit" à l’annulaire. La bague trouvait alors ici sa place. L’autre interprétation était que lors des vœux de mariage, c’est le marié qui présentait la bague à son épouse, à partir de l’index, et en prononçant "au nom du père, du fils et du saint-esprit". La bague arrivait ainsi naturellement à l’annulaire.

Note : le troisième doigt porte le nom d’annulaire car c’est à lui que l’on place l’anneau.

07:00 Écrit par Arnaud, Le blog mariage dans Histoire du mariage, Symboles du mariage, Traditions mariage | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Mariage | | |  Facebook

Commentaires

Bonjour, c'est une question auquelle je n'ai pas trop réponse. Car en France on met l'anneau à la main gauche, alors qu'en Pologne (ou la religion est très importante) on le met à la main droite.
C'est assez étrange, mais peut etre que l'explication du signe de croix (qui se fait de la main droite) est resté chez les polonais, et que la france a gardé l'idée de la main droite pour la veine.
Si vous avez d'autre precision à ce sujet, je suis prenneuse!
Bonne continuation

Écrit par : moicaro | jeudi, 23 février 2006

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.